Les « Neuropoèmes » dans Derrière le dos de Dieu ou une approche neuroesthétique du monde, de l’être et de la création poétique

Les « Neuropoèmes » dans Derrière le dos de Dieu ou une approche neuroesthétique du monde, de l’être et de la création poétique                   La poésie gasparienne se nourrit aussi bien des déserts, de leur faune, de leur flore que de la mer, des hommes rencontrés sur les routes et les chemins, de l’histoire que des éléments du vivant, d’une biologie dévoilant l’être dans toutes ses particularités et diversités.