Sciences, évolution et eugénisme dans Le Cimetière de Prague : construction du monstre juif et naissance de l’antisémitisme

Résumé : Depuis le XIXe siècle, les sciences du vivant font penser la littérature en la conduisant à s’intéresser aux questions héréditaires, eugénistes ou génétiques. Alors que la plupart des romans contemporains explorent les enjeux reliés aux avancées rapides des sciences du vivant et aux questionnements éthiques qui en relèvent, le dernier roman d’Umberto Eco nous plonge dans l’univers du siècle qui a vu naître ces sciences. Sans les aborder de front, Le Cimetière de Prague offre le recul nécessaire pour saisir l’entrelacement des discours sociaux de l’époque sur l'hérédité et la filiation avec le développement historique. Au cœur du roman se trouve la transformation du peuple juif en monstre représentant un danger fatal pour la civilisation occidentale. Pour déconstruire cette fiction, Eco inscrit en sous-texte de son roman le discours scientifique de l’époque, tel reconfiguré par les manipulations idéologiques dont il a fait l’objet. En retraçant, étape par étape, la création des Protocoles des Sages de Sion, le roman opère un dépassement discursif de la fable du complot juif, à laquelle il oppose une autre fabulation littéraire, celle que constitue le roman lui-même.