Editorial

Editorial. Cette huitième livraison d’Épistémocritique s’ouvre résolument à la diversité pour explorer quelques-unes des voies émergentes dans le champ des relations entre savoirs et littérature. La première d’entre elles, l’écocritique – connue aussi sous le nom de « critique environnementale” – est déjà solidement établie dans le monde anglo-saxon mais elle commence seulement à pénétrer la critique de langue française.

La synesthésie : Vues de l’intérieur

à Amy Ione     Carol Steen, Clouds Rise Up 2004-05, huile sur masonite recouverte de toile, 62.5 x 51cm. I made this painting last winter after I heard a musician play an untitled piece on his Shakuhachi flute. Unlike the fast-tempo songs I usually work to because I like to watch the colours change quickly, the song he played had a very slow tempo.

Les « Neuropoèmes » dans Derrière le dos de Dieu ou une approche neuroesthétique du monde, de l’être et de la création poétique

Les « Neuropoèmes » dans Derrière le dos de Dieu ou une approche neuroesthétique du monde, de l’être et de la création poétique                   La poésie gasparienne se nourrit aussi bien des déserts, de leur faune, de leur flore que de la mer, des hommes rencontrés sur les routes et les chemins, de l’histoire que des éléments du vivant, d’une biologie dévoilant l’être dans toutes ses particularités et diversités.

À la conquête de la terre. Nature et humanité dans la poésie postromantique.

Tirant son inspiration des sciences appliquées et des inventions utiles à l’homme, la poésie industrielle apparaît dans les années 1830[1]. Elle dénonce ou, plus volontiers, loue les avancées industrielles ou techniques. Au travers d’une voix prophétique, elle présente une vision de l’avenir, parfois sombre[2] mais le plus souvent riante. Cela signifie non seulement la naissance d’un nouveau thème poétique mais aussi qu’en très peu de temps, les rapports entre l’humanité et la nature tels qu’ils apparaissaient dans la poésie se transforment radicalement.

Désenchanter la science allemande ?

Die Vermessung der Welt de l’écrivain Daniel Kehlmann, paru chez Rowohlt en 2005, en était à sa 26ème édition l’année suivante. Il a été édité en livre de poche en 2008 et a longtemps occupé la première place des ventes dans le classement des meilleures ventes opéré par l’hebdomadaire Der Spiegel.

Crispations identitaires

  Alors que l’on s’imaginait que la mondialisation, dans ce qu’elle représente de plus positif – circulation et partage des informations, de la culture, échanges et respect des savoir-faire et des techniques, respect des différences – constituait une ouverture sans précédent des frontières et des esprits, en ce début de vingt-et-unième siècle, les questions identitaires préoccupent de plus en plus les nations.

Considérations épistémologiques sur les conditions d’émergence de la Créatique chez Isidore ISOU

  Souffler sur les cendres de la raison        et                                                      Réunir les brindilles de la connaissance pour Incendier la culture     et     Entretenir le feu de la création        (obsessions isouiennes)       I. Introduction : le lettrisme     Créé à Paris par Jean Isidore Isou Goldstein en 1945, le lettrisme est un mouvement artistique aux influences multiples sur de nombreux domaines artistiques, allant de la peinture à la littérature en passant par le cinéma ou la musique[1].

La couleur de la Femme bleue de Picasso et l’énigme des émeraudes de Goodman

  Introduction   Aujourd’hui, la plupart des théories nominalistes discutant l’existence des entités observables, tant en philosophie de l’esprit que dans la discussion linguistique, se sont réappropriées les arguments énoncés à l’origine par Locke. Cette position a été réactualisée brillamment par un certain nombre de philosophes contemporains, parmi lesquels Willard Van Orman Quine et Nelson Goodman.