Consignes aux auteurs

Les consignes ci-dessous concernent la revue. Pour les ouvrages électroniques, les directeurs de publication sont libres d’adopter les feuilles de style de leur choix, à condition que celles-ci soient appliquées de façon cohérente pour tout le volume.

2 – Langues : Les articles sont publiés en français, anglais, allemand, espagnol.
 
3 – Nombre de caractères : En principe, entre 30.000 et 60.000, espaces et notes comprises.
 
4 – Corps du texte : Police : Times New Roman, normal, taille 12. Interligne 1.5.  Une ligne vide (2 retours à la ligne) entre chaque paragraphe. Pas d’alinéas : le paragraphe commence en début de ligne, aligné avec la marge de gauche.
 
5 – Citations de 4 lignes ou plus : Taille 10, interligne 1.0. Une ligne vide (2 retours à la ligne) avant et après la citation. Retrait de 1cm à gauche pour l’ensemble de la citation.C’est la seule commande de style ou de formatage permise et obligatoire. Ne pas utiliser de guillemets pour les citations (à moins que des guillemets ne soient présents dans la citation).
 
6 – Ponctuation : Merci de respecter les règles de ponctuation de la langue que vous utilisez (espace ou pas avant certaines ponctuations). Pour les appels de note de bas de page, le numéro est placé en exposant avant la ponctuation quelque soit la langue de rédaction. Utiliser numérotation continue en chiffre arabe.
 
7 – Notes de bas-de-page : Interligne 1.0. Choisir une numérotation continue en chiffres arabes. ‘Exposant de note’ avant le signe de ponctuation quelque soit la langue utilisée.
 
8 – Stylage : N’utiliser aucune commande de style (ou de formatage), telles que centrage, alinéa, justification, sauf pour le 1cm en retrait obligatoire pour les longues citations. En particulier, ne pas utiliser la commande de formatage des paragraphes « espacement avant » ou « après  dans les définitions des paragraphes et des citations. Utiliser de préférence lessauts de ligne (2 retours à la ligne) comme indiqué plus haut.
 
9 – Pas de pagination. Merci de ne pas insérer d’en-tête ou de pied de page.
 
10 – Titres et sous-titres : Les titres et sous-titres doivent être placés après une ligne vide (2 retours à la ligne) et en début de ligne. Pas de ligne vide après : le texte commence à la marge gauche de la ligne suivante.
Utiliser la numérotation suivante pour les sous-titres :
I. Gras, pas de retrait, interligne 1.0
1. Gras Italique, pas de retrait, interligne 1. 0
 
11 – Cas particuliers :
– Pour les siècles, écrire le nombre en chiffres romains suivis par l’adjectif ordinal
abrégé (ex: XVIIIème siècle; XVIIIth century).
– Les accents doivent être placés sur les lettres en majuscule (Études ; À ;
Édimbourg etc.)
 
12 – Notes sur l’auteur : Chaque auteur doit préparer une note biographique en fin
d’article indiquant son titre et/ou son statut, son organisme, les recherches en cours,
ses dernières publications (maximum 10 lignes). Ces notes seront rassemblées pour
présenter les auteurs.
 
13 – Mots clés : Merci de joindre une liste de mots clés en début d’article (obligatoire).
 
14 – Résumé : Merci de joindre un résumé (Abstract) en début d’article (obligatoire).
 
15 – Les images et illustrations sont bienvenues : merci de vous assurer qu’elles sont libres de droits d’auteur. Si vous avez des images, ne pas les intégrer au texte, mais les joindre séparément au format .jpg, en n’oubliant pas d’indiquer leur emplacement dans le texte.
 
16 – Le système de référence :
a.                               N’utiliser ni  op. cit  ni  ibid.
b.                               Mettre entre parenthèses dans le corps du texte un numéro de page si la référence est claire dans le texte, ajouter si nécessaire  un nom d’auteur avant le numéro de page, et un mot clé du titre si les Ouvrages cités (voir plus bas) contiennent plus d’une référence du même  auteur. En bref, ne mettre entre parenthèses que ce qui est nécessaire pour identifier la référence dans les Ouvrages cités.
Exemples :
– S’il y a une seule référence à un ouvrage de Pierssens dans les Ouvrages cités :
« Comme le dit Pierssens (156)… » 
 
– Si le nom de l’auteur n’est pas mentionné dans le texte :
« On connaît bien déjà les concepts élaborés autour de l’épistémocritique(Pierssens, 203)… »
 
– S’il existe dans les Ouvrages cités plus d’une œuvre de Pierssens :
« Comme l’a montré Pierssens (Savoirs, 316)… »
 
– Lorsque ni l’auteur ni la référence ne sont dans le texte et qu’il existe plusieurs ouvrages du même auteur dans les Ouvrages cités :
« On connaît bien déjà les concepts élaborés autour de l’épistémocritique(Pierssens, Savoirs, 203)… »
 
17 – Ouvrages cités : Joindre une liste d’ouvrages cités en fin d’article (obligatoire). Les références bibliographiques sont à présenter par l’ordre alphabétique du nom del’auteur, de la manière suivante :
 
– Pour un livre :
Nom de l’auteur, Prénom de l’auteur, Titre de l’ouvrage ou de la revue, Lieu, Editeur, Année, page(s). [ne mettre qu’un seul
p. avant le numéro des pages]
Exemple : Dumas G., La fin de la République de Venise. Aspects et reflets littéraires, Paris, Presses Universitaires de France, 1964, p. 12-13.
 
– Pour un article dans une revue :
Nom de l’auteur, Pénom de l’auteur, « Titre de l’article », Titre de l’ouvrage ou de la revue, Lieu, Editeur, Année, (collection, vol. n°), page(s).
Exemple : Jonard N., « L’Italie et le mythe solaire de la Révolution », Revue des Études Italiennes, n°1-4, 1992, p. 139-153.
 
– Pour un article dans un livre :
Nom de l’auteur, Prénom de l’auteur, « Titre de l’article », in Prénom de l’auteur, Nom de l’auteur, Titre de l’ouvrage, Lieu, Editeur, Année, (collection n°), page(s).
Exemple : Heuzé Ph., « Une page de Robespierre. Étude d’un morceau d’éloquence révolutionnaire » in R. Chevalier (dir.), La révolution française et l’Antiquité, Tours, centre de Recherches A. Piganiol, 1991, (Caesarodunum, tome XXV bis), p. 117-26.
 
– Pour les références Internet :
Nom de l’auteur, Prénom de l’auteur, « Titre de l’article », Titre de la revue ou la pageweb, (vol. n°), Année, En ligne : [url complet] (consulté + date)
Exemple : Pelletier J., « Les émotions sont-elles sensibles au contraste entre le réel et l’imaginaire ? », Épistémocritique, vol. 11, 2013. En ligne : [http://www.epistemocritique.org/spip.php?article298] (consulté le 19 mars 2015)