Des coups de marteau dans la langue des dieux. Mettre en vers le technolecte dans un siècle positiviste

Résumé/Abstract

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, et quoique l’histoire littéraire ait plutôt minimisé le fait, la poésie scientifique n’a pas disparu. Elle est en fait florissante, bien que particulièrement soumise à débat (signe patent : le patronyme de l’abbé Delille est devenu une insulte). L’un des points nodaux à propos duquel les couteaux sont tirés est l’utilisation des technolectes. D’un côté, il y a ceux qui doutent, et leur refus repose à la fois sur une question de fond (la poésie est subjective, le terme technique est par définition monosémique et impersonnel) et de forme (les néologismes scientifiques sont des mots longs aux sonorités barbares). De l’autre côté, leurs adversaires appellent cette union de leurs vœux en alléguant surtout le droit à la justesse poétique : le poète veut nommer justement les choses qu’il chante, tout particulièrement en ce siècle marqué par l’aspiration empiriste.
Cette étude vise à mettre au jour les difficultés pratiques d’une telle union par le biais d’analyses de détails du corpus poétique. Car, si la majorité des poètes remarque bien les difficultés d’un tel transfert lexical, force est de constater que la production de la seconde moitié du siècle, sous l’ère écrasante de la pensée positiviste, cherche à nommer justement mais aussi à jouer – voire à jouir – de ces sonorités barbares.
Mots-clés : Technolecte, Poésie, Science, Versification.


Téléchargez l'article au format PDF : 2 Ringuedé