Les mots et les termes dans la Cyclopaedia de Chambers

Résumé/Abstract

Chambers est un lexicographe encyclopédiste. Comme il le déclare lui-même, un lexicographe, même encyclopédiste, n’invente pas : il livre à ses contemporains la mémoire d’une culture, une mémoire néanmoins propre à susciter chez le lecteur un travail d’invention1. Selon la définition de Bacon, le lexicographe recueille, il rassemble, il expose, il propose. Si beaucoup des contenus brassés par Chambers, dans le corps des articles, lui viennent de ses prédécesseurs et si, de son propre aveu, il emprunte à de nombreuses sources, il reste que, configurant ces contenus, il lui arrive d’ouvrir des perspectives originales ; et il offre, en particulier, une conception qu’il veut nouvelle du travail encyclopédique, et qui l’est dans la mesure où il pense à ses propres frais et ne manque pas de raisonner avec précision et cohérence. Il suffit à cet égard de lire de près la préface de 1728 pour se convaincre de l’importance de ce que lui doivent Diderot et d’Alembert.


Téléchargez l'article au format PDF : 12-Malherbe