Littérature et médecine

Littérature et Médecine (Quelques références empruntées au blog Arts et Sciences de Linda Moussakova) BURKHARDT Ute et al. (Mars 2012). “Litterature and Science : a different look inside neurodegeneration”. Advances in Physiology Education March 2012 Vol.36 no.1 p.68-71 Et plusieurs autres ouvrages sur le site de narrativemedecine.org de l’Université Columbia dont la directrice Rita Charon est une pionnière de cette approche humaniste.

Littérature et médecine

Une émission de France Culture le mardi 29 décembre à 14h AVEC OU SANS RENDEZ-VOUS Littérature et médecine par Olivier Lyon-Caen Avec : Jérôme Garcin (Auteur) écrivain Médecine et littérature, littérature et médecine, ces deux mots s¿accolent bien l’un à l’autre, et de façon diverse au fil du temps. Longtemps, on a pu dire que la médecine n’était que littérature comme on peut avancer aujourd’hui que la médecine, dans sa dimension scientifique et éthique, s’est tournée vers la littérature, ne serait-ce que pour permettre la divulgation de la connaissance.

Médecine et positivisme

Séminaire de l’équipe TRAVERSES 19-21 (2007-2008) Coordonné par L.Dumasy Dans le cadre de son programme de recherches : Sciences, techniques, pouvoirs, fictions : discours et représentations, XIXe-XXesiècles, l’équipe Traverses 19-21 (Grenoble 3) organise un séminaire de recherche, ouvert à toute personne intéressée, sur : Positivisme, scientisme, darwinisme dans la littérature et les sciences sociales depuis la seconde moitié du xixesiècle: triomphe et contestations La conférence de Madame Annie Petit Professeur émérite, université Paul Valéry Montpellier3 «Médecine et positivisme : une troublante fascination» aura lieu mercredi 23 janvier 2008 de 17h30 à 19h00 à la Maison des Langues et des Cultures, salle des Conseils, au 2eétage, salle 218 (1141, avenue centrale – Saint Martin d’Hères) Annie Petit, agrégée de philosophie, est Professeur de philosophie à l’Université Paul-Valéry de Montpellier.

Médecine et pauvreté

Louis-Ferdinand Céline est demeuré médecin et écrivain jusqu'à la fin de sa vie. La médecine et l'écriture étaient-elles pour lui des pratiques continues ou discontinues? Le savoir médical compte-t-il pour quelque chose dans cette écriture, ou est-ce seulement la posture du médecin qui est significative? Quel est le sens de cette attirance qui a toujours porté Céline vers la pauvreté, et qui s'est manifestée tant dans sa pratique médicale que dans son activité d'écrivain?

La Vie devant soi : splendeurs et misères du savoir médical

La présente étude se propose d’examiner, dans une approche épistémocritique, les différentes modalités de fonctionnement du savoir médical dans La Vie devant soi. Nous ne ferons qu’en noter la fonction référentielle — l’illusion de la réalité d’un univers marqué par le vieillissement, la maladie et la mort passant obligatoirement par l’introduction d’une composante médicale —, pour nous concentrer sur l’analyse de fonctions plus spécifiques.

Littérature, arts visuels et neuroesthétique

Grâce à l’arrivée de l’imagerie fonctionnelle il y a vingt-cinq ans et aux progrès continus réalisés depuis, il est maintenant possible de dresser la carte directement de l’activité du cerveau durant des tâches de perception et d’activité chez des sujets normaux. Fondée sur ces découvertes, la dernière décennie a ainsi observé des bouleversements majeurs dans la compréhension du cerveau musical. Dans cet article, nous nous sommes cependant limité aux relations de la neurologie essentiellement avec la littérature et les arts visuels.