La Vie des abeilles de Maeterlinck : le « vol nuptial » de la vulgarisation et du symbolisme

Résumé/Abstract

La critique s’est efforcée de comprendre les implications philosophiques du tournant naturaliste opéré par Maeterlinck avec La Vie des abeilles, mais n’a montré qu’un intérêt timide pour ses liens avec la vulgarisation. Le but de cette étude est précisément d’analyser comment La Vie des abeilles constitue l’héritage et le prolongement de la poésie didactique de Virgile
20
sous la forme d’une vulgarisation symboliste. Si le dramaturge de Pelléas et Mélisande propose un théâtre de l’abeille capable de dévoiler les merveilles de l’entomologie en préservant la marge de mystère commune à la science et à la poésie, son récit ne se limite pas à une transposition didactique du savoir apidologique. Maeterlinck utilise aussi la vulgarisation pour formuler un discours autonome, apte à définir un symbolisme désormais basé sur les acquis de la science, et qui trouve en elle le renouvellement de sa poétique de l’inconnu.
Mots-clés : symbolisme, vulgarisation, poésie scientifique, théâtre, admiration, merveilleux, science, entomologie, abeille, Virgile, Delille, Jean-Henri Fabre.


Téléchargez l'article au format PDF : 3 Martinetti