Thomas AUGAIS est post-doctorant au FNS dans le cadre du projet de recherche « La figure du poète-médecin (XXe-XXIe s.) : une reconfiguration des savoirs » (2015-2018). Il a co-organisé avec Alexandre Wenger, Julien Knebusch et Martina Diaz la journée d’études « Les réseaux médico-littéraires dans l’Entre-deux- guerres » (24-25 nov. 2016), le colloque « La figure du poète-médecin » (30 mars- 1er avril 2017) et avec Julien Knebusch et Jérôme van Wijland la journée d’études « Approches du geste chirurgical (XXe-XXIe s.) : histoire, littérature, philosophie, arts visuels » (11 janvier 2018, Académie nationale de Médecine, Paris). Les volumes issus de ces deux derniers événements, qu’il co-édite, sont à paraître chez Georg. Il a publié plusieurs articles sur le dialogue entre poésie et médecine, en particulier sur Paul Valéry, Henri Mondor, Charles Nicolle et Jean Métellus. Ses recherches portent par ailleurs sur le rapport au réel dans le dialogue entre les écrivains et les artistes au XXe siècle (Alberto Giacometti et les écrivains, Paris, Classiques Garnier, 2017 ; édition critique de La peinture n’a jamais existé d’André du Bouchet, Le bruit du Temps, 2017).

Martina DÍAZ CORNIDE est post-doctorante à l’Université de Fribourg (Suisse), intégrée dans le projet « La Figure du poète-médecin : une reconfiguration des savoirs » soutenu par le Fonds National Suisse et mené par la chaire « Médecine et Société » du Département de médecine. Elle a été assistante puis maître-assistante au Département de français de l’Université de Genève, et a séjourné dans le cadre d’une bourse doctorale du FNS à la New York University et à l’EHESS. Elle prépare la publication de sa thèse portant sur le fétichisme amoureux à la Belle Époque aux Éditions Classiques Garnier (à paraître en 2018) et un ouvrage collectif sur la question de l’attention. Ses recherches portent essentiellement sur les liens entre littérature et médecine aux XIXe et XXe siècles et sur l’histoire de la sexualité.

Julien KNEBUSCH est maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Fribourg (Suisse) au département de médecine, attaché à la chaire « Médecine et Société ». Titulaire d’un doctorat de langue et littérature françaises de l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle, ses recherches portent notamment sur les relations entre poésie moderne et médecine aux XXe et XXe siècles. Il a porté le projet FNS « La Figure du poète-médecin (XXe et XXIe s.) une reconfiguration des savoirs ».

Cécile LEBLANC. Maître de conférences à la Sorbonne-Nouvelle-Paris3, habilitée à diriger des recherches. A réalisé l’édition critique de la correspondance inédite de Louis-Ferdinand Céline avec Henri Mondor (Lettres à Henri Mondor, NRF, Gallimard, 2013) et publié plusieurs articles sur Henri Mondor. Spécialiste également des rapports de la musique et de la littérature à la fin du XIXe siècle (Wagnérisme et création, Champion, 2005, 1913-2013 : le wagnérisme dans tous ses états aux Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2016). Se consacre au rôle de la presse dans la conception de la thématique musicale proustienne. Proust écrivain de la musique, l’allégresse du compositeur, Brepols, 2017.

Danièle LECLAIR est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Descartes et membre de Thalim (« Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité »), Unité mixte de recherche CNRS-Sorbonne nouvelle. Son principal domaine de recherche est la poésie des XXe et XXIe siècles ; ses publications s’attachent à éclairer le cheminement intellectuel de l’écrivain (biographie, bibliothèques, archives, correspondances, genèse des textes) et sa relation au monde (lieux, histoire, échanges…). Ses travaux portent aussi sur les affinités poétiques entre écrivains et artistes, les relations entre littérature et géographie ou littérature et médecine, et les transferts culturels(édition, traductions, réception à l’étranger). Elle a notamment publié des articles et ouvrages sur René Char (Là où brûle la poésie, 2007), Francis Ponge, André du Bouchet, André Dhôtel, Georges Séféris, Lorand Gaspar, a dirigé (ou co-dirigé) plusieurs ouvrages collectifs dont le Dictionnaire René Char (2015) et Lorand Gaspar. Archives et genèse de l’œuvre (2017) et a participé aux colloques organisés par l’équipe du programme FNS de l’université de Fribourg (Suisse) sur « La figure du poète-médecin aux XXe et XXIe siècles », avec « La bibliothèque de René-Albert Gutmann (1885-1981), médecin lettré et écrivain» (nov. 2016) et «Lorand Gaspar et l’entretissage des savoirs » (avril 2017).

Yves SCHULZE, professeur agrégé de lettres modernes, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, actuellement doctorant, prépare une thèse en littérature comparée sur la médecine dans la littérature avant-gardiste (Artaud, Benn, Céline, Döblin) en France et en Allemagne, de 1909 à 1937, sous la direction de Florence Godeau, à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon au sein du laboratoire du CERCC (Centre d’études et de recherches comparées sur la création).

Lina VILLATE est spécialiste de littérature hispanique et comparée. Actuellement, elle prépare à l’Université de Strasbourg une thèse sur les représentations de la maladie contagieuse dans La Peste (A. Camus), L’amour aux temps du choléra (G. García Márquez), La Montagne magique (T. Mann) et Némésis (P. Roth). Ses intérêts portent notamment sur les représentations du corps et de la maladie dans la littérature du XXe siècle.

Jérôme VAN WIJLAND est conservateur des bibliothèques et directeur de la Bibliothèque de l’Académie nationale de médecine. Il a cosigné avec Fabrice Cahen Inventer le don de sperme. Entretiens avec Georges David, fondateur des Cecos, Paris, Éditions Matériologiques, 2016 (Épistémologie de la médecine et du soin ; 1) et dirigé l’ouvrage collectif Charles Richet (1850-1935) : L’exercice de la curiosité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015 (Histoire). Ses recherches portent principalement sur l’histoire des bibliothèques, du livre de science et de l’illustration médicale aux époques moderne et contemporaine.

Alexandre WENGER, professeur de Medical Humanities à l’Université de Fribourg de 2012 à 2017 et aujourd’hui à l’Université de Genève. Spécialiste des rapports entre médecine et littérature, il a participé au volume Muses et ptérodactyles. La poésie de la science de Chénier à Rimbaud (Seuil, 2013), et porté le projet FNS « La Figure du poète-médecin (20e-21e siècles) : une reconfiguration des savoirs ».

 

Téléchargez l'article au format PDF : epistemocritique_2018_réseaux_10.auteurs