You are currently viewing Ecrire avec les nerfs :  Médecine et anatomie chez Georg Büchner

Ecrire avec les nerfs : Médecine et anatomie chez Georg Büchner

image_pdfimage_print

Résumé : À la fois médecin et poète, Georg Büchner a laissé une œuvre dramatique foncièrement novatrice qui utilise l’autopsie comme méthode pour transporter dans la littérature une qualité propre à la science empirique alors en train de s’affirmer : la fracture, la fragmentation, l’observation. Dans Woyzeck, l’explosion de la forme ne relève pas seulement d’une approche esthétique, elle s’inscrit également dans une conception du vivant et une épistémologie que Büchner élabore au fur et mesure de ses recherches en médecine et en biologie, recherches qui rejoignent ses préoccupations sur l’organisation sociale et le sens de l’histoire. Foncièrement anti-téléologique, cette conception va le mener à remettre en question la médecine légale de son temps et sa méthode biographique pour lui opposer une approche psychosomatique, fondée sur les rapports entre corps et esprit, entre causes psychiques et effets physiques.
Téléchargez l'article :

Laurence Dahan-Gaida est professeur de littérature comparée à l’université de Franche-Comté. Elle dirige depuis 2009 le Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (C.R.I.T.), qu’elle a refondé la même année à l’Université de Franche-Comté. Elle est également directrice du portail Epistemocritique.org ainsi que codirectrice de la revue en ligne du même nom, consacrée à l’étude des relations entre savoirs et littérature. Elle est l’auteur de deux ouvrages d’épistémocritique (Musil. Savoir et fiction, PUV, 1994 ; Le savoir et le secret. Poétique de la science chez Botho Strauss, PUS, 2008) ainsi que de nombreux articles sur les rapports science/littérature. Deux nouveaux ouvrages sont en cours d’impression, l’un dans le domaine de la diagrammatologie (Poétiques du diagramme : arbres, trames, conques, PUV, 2022) et l’autre dans le domaine de la cartographie narrative (Cartes, diagrammes & littérature, PUV, 2022). Elle a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur les rapports entre sciences et littérature : Eurêka. Invention et découverte dans les récits savants, Hermann, 2022 ; Conversations entre la littérature, les arts et les sciences, 2006 ; Dynamiques de la mémoire : arts, savoirs, histoire, 2009 ; Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts, Paris, 2012 ; Circulation des savoirs et reconfiguration des idées. Perspectives croisées : France-Brésil, 2015 ; Penser le vivant (en collaboration avec G. Seginger, L. Talairach, Ch. Maillard).

Laurence Dahan-Gaida

Laurence Dahan-Gaida est professeur de littérature comparée à l’université de Franche-Comté. Elle dirige depuis 2009 le Centre de Recherches Interdisciplinaires et Transculturelles (C.R.I.T.), qu’elle a refondé la même année à l’Université de Franche-Comté. Elle est également directrice du portail Epistemocritique.org ainsi que codirectrice de la revue en ligne du même nom, consacrée à l’étude des relations entre savoirs et littérature. Elle est l’auteur de deux ouvrages d’épistémocritique (Musil. Savoir et fiction, PUV, 1994 ; Le savoir et le secret. Poétique de la science chez Botho Strauss, PUS, 2008) ainsi que de nombreux articles sur les rapports science/littérature. Deux nouveaux ouvrages sont en cours d’impression, l’un dans le domaine de la diagrammatologie (Poétiques du diagramme : arbres, trames, conques, PUV, 2022) et l’autre dans le domaine de la cartographie narrative (Cartes, diagrammes & littérature, PUV, 2022). Elle a également dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur les rapports entre sciences et littérature : Eurêka. Invention et découverte dans les récits savants, Hermann, 2022 ; Conversations entre la littérature, les arts et les sciences, 2006 ; Dynamiques de la mémoire : arts, savoirs, histoire, 2009 ; Temps, rythmes, mesures. Figures du temps dans les sciences et les arts, Paris, 2012 ; Circulation des savoirs et reconfiguration des idées. Perspectives croisées : France-Brésil, 2015 ; Penser le vivant (en collaboration avec G. Seginger, L. Talairach, Ch. Maillard).