Planetary Logics in Contemporary Performance (4 mai 2017)

Chers collègues, chers amis,
 
Nous avons le plaisir de vous inviter à l’après-midi d’étude “Planetary Logics in Contemporary Performance” qui se tiendra le 4 mai 2017, de 14h à 18h30, à l’Institut du monde anglophone, salle 16 (5, rue de l’École de médecine, 75006 Paris).
 
Cette journée interrogera le rôle du théâtre face aux logiques planétaires explorées par les sciences et la philosophie contemporaines, de Gaïa à l’Anthropocène. Quelles questions environnementales la forme théâtrale met-elle en jeu ? Comment le théâtre permet-il de penser l’apparition du « personnage Gaia » sur les scènes scientifiques et philosophiques ? Bruce Clarke évoquera les manières de percevoir et de visualiser Gaïa comme zone critique, en reliant les travaux récents de Bruno Latour à la sphérologie de Peter Sloterdijk. Frédérique Aït-Touati examinera les fonctions heuristiques de la scène à partir de la « recherche théâtrale » qu’elle mène depuis 2009 avec Latour autour de Gaïa, et notamment de sa lecture-performance «Inside» (http://www. nanterre-amandiers.com/2016- 2017/welcome-to-caveland/ inside/). Derek Wood interrogera les liens privilégiés entre la forme théâtrale et la pensée écologique dans l’imaginaire scientifique et littéraire, des années 60 à nos jours. Vicky Angelaki présentera enfin les nouveaux rapports à l’environnement qui parcourent la scène contemporaine, et redessinent le paysage théâtral dans sa confrontation à l’Anthropocène.
 
Image en ligne


   
PROGRAMME
 
14.00 – 15.00 : 
Bruce Clarke (Texas Tech University)
 
“Gaia’s Boundaries”
 
15.00 – 15.50 : 
Frédérique Aït-Touati (CNRS – EHESS)
 
“Performing Gaia”
 
 
15h50 – 16h10 : coffee break
 
 
16.10 – 17.00 :
Derek Woods (Rice University)
 
“The Ecological Theater and the Evolutionary Play”
 
 
17.00 – 17.50 : 
 Vicky Angelaki (University of Reading)
 
“Theatre and Environment: Public Imperatives and Individual Interventions”
 
 
18.00 : cocktail
 
 
 

Au plaisir de vous retrouver lors de cet événement ouvert à tous,

Bien cordialement,
Liliane Campos et Pierre-Louis Patoine
Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle