Proust était un neuroscientifique

«Jonah Lehrer, dans le Prélude de son essai, narre ses débuts de neuroscientifique : jeune laborantin, il mène ses premières expériences, lisant en parallèle Du côté de chez Swann. D’un côté les sciences dures, de l’autre la fiction. Deux univers au mieux parallèles, au pire considérés comme totalement contradictoires, dans leur approche du réel, leurs méthodes, leur intérêt. Jonah Lehrer refuse ces oppositions stériles et montre la « convergence » de la littérature et de la science à travers huit artistes : Walt Whitman (La substance du sentiment) – George Eliot (La biologie de la liberté) – Auguste Escoffier (L’essence du goût) – Marcel Proust (La méthode de la mémoire) – Paul Cézanne (Le processus de la vision) – Igor Stravinski (La source de la musique) – Gertrude Stein (la structure du langage) – Virginia Woolf (L’émergence du soi).»

Christine Marcandier dans Mediapart, 27 avril 2012

Print Friendly, PDF & Email
Plus de publications