Reinterroger l’intelligence de la nature: TRIBUNE

En si le débat enflammé de la communauté scientifique autour de l’intelligence des plantes révélait de façon plus profonde le malaise d’un homme de plus en plus déconnecté de la nature et de la sensibilité du monde ?

 

Parmi les sciences de la vie, il en est une, récemment apparue, la neurobiologie végétale qui ne cesse de provoquer des questionnements sur le modus vivendi d’êtres dépourvus de cerveau, mais présentant des signes d’intelligence : les plantes. Cette initiative avance, sur la base d’observations fonctionnelles et comportementales (systèmes de perception évolués, présence d’hormones, de réseaux bioélectriques à longue distance, d’analogues de neurotransmetteurs et de terminaisons synaptiques au niveau des apex racinaires, capacités de mémorisation et d’apprentissage, stratégies de communication et de défense étendues..) que les végétaux sont beaucoup plus proches du règne animal ou humain qu’on le pensait.

Pour lire la suite, cliquez ici.

Print Friendly, PDF & Email
Plus de publications