image_pdfimage_print

8 – Claude Favre et la catastrophe migratoire : bifurcations et débordements de la poésie factuelle

Dans le recueil Crever les toits, etc. — Déplacements, l’écriture de Claude Favre se fonde sur une intertextualité foisonnante qui rassemble des extraits d’entretiens ou de discours politiques, philosophiques et journalistiques. Le rapprochement de ces voix aux thématiques communes engendre un questionnement sur les catastrophes migratoires. Ce collage textuel, associé à un paratexte rattaché aux actualités du moment de l’écriture, signale une collecte et rappelle que la question du document est présente dans le recueil. Mais les événements de l’actualité sont (re)décrits grâce aux procédés du flux continu et de la litanie. Bifurquant pour ne pas céder à la redondance, le je poétique se déborde en chansons, en citations et en statistiques, façonnant un grand corps dépareillé. Il s’agit, d’après l’auteure, d’attaquer la poésie et la doxa, et d’incarner une grande conversation à l’échelle planétaire, qui est aussi une expérience vécue de l’altérité. La catastrophe advient donc dans l’écriture a-hiérarchique, mais structurée, de Claude Favre. Son écriture négocie la distance, les relations et les tensions entre des espaces discursifs très divers qui créent un effet d’immédiateté. Soulignant l’existence de problèmes publics par l’évocation de faits divers ou de situations particulières, elle s’inscrit dans l’ensemble des nouvelles formes poétiques de l’infra-ordinaire qui interrogent en même temps l’histoire immédiate et la société actuelle. Face à la médiatisation des catastrophes, l’écrivaine propose une autre saisie du monde, qui peut sembler inadéquate pour en décrire les phénomènes, mais qui, pourtant, apporte un supplément de connaissance dans le retraitement de l’information et des savoirs qu’elle effectue.

Commentaires fermés sur 8 – Claude Favre et la catastrophe migratoire : bifurcations et débordements de la poésie factuelle

9 – William Golding, Gaia, and the Crisis Ecology of Lord of the Flies

A case study in the aesthetic genealogy of the now widely debated Gaia hypothesis, this article charts out a critical position for the environmental humanities within such a paradigm. Beginning with a historical assessment of William Golding’s major role in the development of a Gaian aesthetics, I then turn to his 1954 novel Lord of the Flies to explore its articulation between literature, ecology, and politics. Revealing the critical potential of Simon’s character, I develop a new way of approaching Golding’s canonical work by emphasizing its evental and experimental nature. Although Simon’s character has been approached as the tragic victim of an irredeemable human nature, I use a Deleuzian approach that grants him an immanent position and offers perspectives for the contemporary critical moment, at a time when critique is attacked on every front.

Commentaires fermés sur 9 – William Golding, Gaia, and the Crisis Ecology of Lord of the Flies